La Dépêche de Nouvelle-Calédonie : A l’écoute de la jeunesse


La province Sud lançait officiellement ce matin la plus grosse enquête d’opinion jamais engagée sur la jeunesse en Nouvelle-Calédonie, via un site internet participatif, www.generation.nc, et des ambassadeurs sur le terrain. L’Objectif ? Entre 5 000 et 8 000 participants !

Écouter sans filtre ce que les jeunes ont à dire.

« Pas moins de 50 % des jeunes ont moins de 35 ans, et 74 % d’entre eux résident en province sud. Aujourd’hui, nous n’avons pas ou peu de données sociologiques qui nous permettent de connaître notre jeunesse, et donc d’affiner nos politiques publiques dédiées. »

Fort de ce constat, Dominique Molé, 3e vice-président de l’institution en charge de la politique sociale, présentait officiellement ce matin devant la presse « L’enquête jeunesse 2018 ». Le principe ? Réaliser la plus grande enquête d’opinion jamais engagée en Nouvelle-Calédonie à l’aide d’un site internet, www.generation.nc, et d’ambassadeurs sur le terrain. L’objectif ? Avoir entre 5 et 8 000 participants sur six mois.

La cible, le « jeune » âgé de 16 à 35 ans, devra répondre en ligne à tout ou partie des 170 questions relatives à son bien être, sa santé, ses envies, ses besoins, sa sexualité, etc. Temps de réponse estimé : 25 minutes, avec la possibilité d’arrêter et de reprendre le questionnaire plus tard..

Sorties du chapeau les questions ? Pas tout à fait… « 16 ambassadeurs du dispositif provincial ‘Prends la parole’ ont déjà recueillis en amont depuis un an 872 questionnaires auprès de la population cible, explique Joane Païdi, chargée de mission jeunesse à la province Sud. Ce sont ces 872 questionnaires qui ont servi de base à la création des 170 questions de l’enquête ». Équipés de tablette 4G, ces 16 ambassadeurs poursuivront le travail, « de Poya à l’Île des Pins », en organisant des rencontres individuelles ou collectives afin que les jeunes puissent répondre à L’Enquête jeunesse 2018.

Enfin, dix autres ambassadeurs, choisis pour promouvoir la campagne de communication cette fois, ont accepté « d’encourager les jeunes à prendre la parole ».

Parmi eux, Annie Qaeze (politique), Titouan Puyo et Marine Duprat (Sportifs), Thibaut Bizien (monde associatif), ou bien encore Simane (artiste).

« La majorité des jeunes n’ont pas appris dans leur éducation à s’exprimer, déclare Simane. C’est dommage et je vais donner toute mon énergie pour que cela change… »

Génération.nc

Comments are disabled.