Impliqués dans le sport de haut niveau, dans la vie associative, l’environnement ou la politique, artistes multifacettes, grandes sœurs ou grands frères, figures d’un quartier ou d’un groupe… ils représentent la jeunesse calédonienne dans sa diversité culturelle et sociétale.

Les 10 jeunes de la campagne de communication “generation.nc” ont accepté d’être les ambassadeurs de cette enquête pour encourager la jeunesse à PRENDRE LA PAROLE.

Eux la prennent déjà dans leur engagement quotidien.

KEVIN AUBRY, 20 ANS

« Vivre sa vie à fond ! »

Titulaire d’un baccalauréat scientifique, Kevin a obtenu son BTS Assistance Technique d’Ingénieur (ATI) au lycée Jules-Garnier. Il compte continuer ses études en Métropole pour y suivre une licence professionnelle en aéronautique. Il aimerait devenir pilote de chasse dans l’armée de l’air et réaliser ainsi un rêve de gosse. « Et puis, dit-il, j’ai le goût du risque ! » Passionné de sport, il s’adonne régulièrement au « work out », une pratique sportive en plein air située à mi-chemin entre la gym et la musculation et qui mixte les figures de force, de souplesse et d’équilibre.

Élu Mister Jeunesse NC 2017, Kevin s’envolera en septembre pour la Métropole afin de représenter la jeunesse calédonienne lors du concours Mister Jeunesse France. Un honneur qu’il entend relever avec l’enthousiasme qui le caractérise. Kevin a la fougue de la jeunesse, son leitmotiv est de vivre sa vie à fond sans se soucier du lendemain.

NICOLAS GUILLON, 22 ANS

« Avancer sans se retourner »

Dans ses bagages, Nicolas compte déjà un bac S, une licence et un Master en droit. Le jeune homme, d’origine vietnamienne, souhaite devenir juriste spécialisé dans le droit du numérique. Très à l’aise à l’oral, il compte à son actif plusieurs interventions devant un public étudiant. Il est intervenu lors de l’événement Les gros mots du référendum organisé par l’association Découvre ton Caillou, et dont dont le but était de faire connaître les institutions calédoniennes auprès des jeunes.

En marge de ses études, qui lui prennent beaucoup de temps, Nicolas apprécie la musique, les jeux-vidéos et regarder des films « comme tout le monde ». « J’aime aussi la lecture. Ça me permet de me détendre quand je suis fatigué de l’ordinateur. C’est thérapeutique ! » Fan de foot, le jeune homme suit également de près l’actualité footballistique, surtout celle de son club de cœur, « Arsenal », qu’il suit depuis le collège.

Il est également ambassadeur-enquêteur sur le terrain.

04

SIMANE WENETHEM, 30 ANS

« Regarder l’autre comme un voyage à accomplir »

Depuis son plus jeune âge, Simane rêve d’être danseur. Dès l’âge de 10 ans, il s’initie au hip-hop dans l’association Yanness. Originaire de Lifou, il décroche un CAP Employé de commerce multi-spécialités au lycée Escoffier. Parallèlement, il continue de danser. « La danse, c’est mon kiff ! », dit-il avec enthousiasme.

En 2005, Simane a l’opportunité de suivre une formation diplômante proposée par la province Sud pour être « formateur de formateurs » en danse hip-hop. Danseur, chorégraphe, intervenant, slameur et traceur, c’est un artiste aux multiples facettes.

En 2016, il donne une conférence au TEDx Nouméa où il fait la connaissance de Guilhem Chamboredon. De cette rencontre naît le film Chemin Kanak 2.0, une interprétation contemporaine du mythe de Téa Kanaké. Distinguée au Festival du cinéma de La Foa, Chemin Kanak 2.0 a été programmé à Tahiti en février dans le cadre du FIFO 2018. Il est l’un des visages du Tazar avec la minute de Simane et ses ses vidéos à l’attention des jeunes.

THIBAUT BIZIEN, 28 ANS

« S’impliquer pour exister »

Fondateur de l’association Caledoclean, qui a pour vocation d’organiser et de soutenir toutes les actions et les associations liées au développement durable en Calédonie, Thibaut est un jeune homme engagé.

Diplômé en commerce, il a choisi de conjuguer sa passion au quotidien. Depuis un an et demi, il est chargé de mission au sein de l’association Caledoclean. « S’engager, c’est une façon de récupérer son pouvoir dans la société et d’en devenir acteur. C’est un geste citoyen. Et puis, ce que j’aime par-dessus tout, c’est d’aller planter des arbres avec des inconnus, qui plus est lorsqu’il s’agit de jeunes en réinsertion ». Amateur d’activités en plein air, Thibaut aime aussi jouer aux jeux vidéo.

La protection de l’environnement et le développement durable restent des enjeux majeurs pour lui. C’est d’ailleurs l’un des ambassadeurs emblématiques du Forum Jeunesse et Développement Durable (JDD) organisé par la province Sud.

03
05

TITOUAN PUYO, 28 ANS

« Vivre de sa passion, c’est top ! »

Né le 7 mai 1991 en Polynésie française, Titouan est arrivé en Calédonie à l’âge de 4 ans où il a vécu à Houaïlou puis à Lifou et enfin à Nouméa. Diplômé d’une Licence Sciences et Techniques des Activités Physiques (STAPS) qu’il décroche à Brest, il devient éducateur sportif. Il travaille notamment pour la Nouméa Stand Up Paddle School puis au Centre d’Activités Nautiques (CAN) de la province Sud.

L’année 2013 marque un virage décisif dans sa carrière : en remportant les Championnats de France de Stand Up Paddle, Titouan entre dans la cour des grands. Il décroche un sponsor et se lance à fond dans la compétition. Très vite, il accumule les titres. Et en 2017, il se classe numéro 2 mondial en Sup Race ! Europe, États-Unis, Pacifique… Titouan est l’homme de toutes les compétitions. Sa passion lui permet de voyager dans le monde entier. À ce jour, seul le continent africain reste encore inconnu pour lui.

ANNIE QAEZE, 30 ANS

« Participer à la construction de mon pays »

Originaire de Lifou, Annie a suivi le début de sa scolarité à Wedrumel puis au collège de Havila. Elle rejoint Nouméa pour intégrer le lycée Lapérouse puis les classes préparatoires avant d’intégrer une école d’ingénieur dans le Pas-de-Calais.

Après un passage au Canada pour ses études, elle est successivement em- bauchée par Vale Nouvelle-Calédonie, par l’OPT-NC et par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Sa mission ? Améliorer les conditions de travail des employés tout en respectant la réglementation calédonienne.

Conseillère municipale à la Mairie de Nouméa et Députée suppléante de Philippe Dunoyer, elle s’est engagée dans la politique car « c’est l’un des leviers pour faire changer les choses. » Elle entend ainsi « participer à la construction de son pays, réduire les inégalités sociales qui existent et améliorer les conditions de vie des familles calédoniennes ».

09
10

MALIA VIKENA, 22 ANS

« Se former pour avancer »

Ambassadrice de la parole des jeunes l’an dernier, Malia a rencontré de façon individuelle et collective des jeunes de Païta afin de favoriser la prise en compte de leur parole. « Et, dit-elle, j’ai particulièrement apprécié d’être un intermédiaire entre la jeunesse et la province Sud. Cet exercice m’a également permis de prendre confiance en moi ». D’origine futunienne, Malia a grandi à Nouméa.

Dans le cadre du Programme Provincial d’Insertion Citoyenne (PPIC), elle est actuellement agent relais polyvalent à la direction du Logement où elle partage son temps entre l’administratif et le terrain afin « d’accompagner et de venir en aide aux personnes en difficulté ».

Motivée et studieuse, Malia prépare actuellement le diplôme de responsable de gestion avec le CNAM. Tous les soirs après sa journée de travail, elle se penche assidûment sur ses cours et espère décrocher le précieux sésame en 2019 ou 2020.

JULIA THÉBAULT, 14 ANS

« Protéger l’environnement, une nécessité »

C’est la cadette des ambassadeurs ! Julia est actuellement en classe de 3e au collège Mariotti mais elle a déjà une idée très précise de ce qu’elle veut faire plus tard : ce sera médecine car « elle aime soigner tout le monde, mettre des pansements et désinfecter les bobos », dixit son papa.

Elle pratique l’équitation depuis 6 ans mais les chevaux font partie de sa vie depuis toute petite. En effet, Julia a grandi sur une propriété à Bouraké, entourée d’animaux. Elle s’adonne également à la plongée en PMT ou en bouteille aux côtés de son père qui est moniteur et a un temps pratiqué l’escalade au mur de Magenta « par défi » car « c’est un sport difficile ».

Indépendante, volontaire, sociable et très studieuse, Julia aime avoir la maîtrise de tout ! Depuis 2016, elle est très impliquée dans le Forum Jeunesse et Développement Durable (JDD) organisé par la province Sud.

07
06

MARINE DUPRAT, 31 ANS

« Vivre au jour le jour »

Depuis qu’elle a découvert le kitesurf sur les côtes normandes il y a 17 ans, Marine n’a plus décroché ! Mais c’est en arrivant en Calédonie qu’elle s’est lancée dans la compétition. « Ici, toutes les conditions sont réunies pour s’entrainer de façon régulière ». Sacrée championne de France en 2014 puis en 2015, elle remporte dans la foulée le Kiteboard Tour Asia (KTA) 2016 au Vietnam. Depuis, la jeune femme a fait le choix d’arrêter la compétition pour se consacrer à sa carrière professionnelle « car mener les deux de front devenait très compliqué ». Bien sûr, elle pratique toujours le kite « mais plus pour la gagne » et elle s’est même essayé au « foil ».

Juriste maritime, elle a travaillé au sein de la province Sud avant de rejoindre la mairie de Nouméa. C’est une fervente ambassadrice du Forum Jeunesse et Développement Durable (JDD) organisé par la province Sud. Elle s’y donne à fond et emmène dans son sillage ces jeunes qui feront la Calédonie de demain.

BERNADETTE CIMOA, 24 ANS

« Relayer la parole des jeunes »

Originaire de Koné, Bernadette habite à la tribu de Saint-Louis. Elle est titulaire d’un bac Sciences et Technologies du Management et de la Gestion (STMG) avec une spécialisation en communication et gestion des ressources humaines.

Depuis 2015, elle travaille dans la grande distribution où elle a occupé différents postes dans la vente. Bernadette, dont le conjoint fait partie de la police municipale du Mont-Dore, rêve de lui emboîter le pas. Elle prévoit d’ailleurs de s’inscrire au prochain concours territorial de gardien de la paix. Dans le cadre du service civique, elle a participé en 2017 au dispositif piloté par la province Sud, “Prends la parole”, destiné à favoriser l’expression et la prise en compte de la parole de la jeunesse calédonienne.

02