La province Sud à créé un réseau de 16 ambassadeurs à l’écoute des jeunes en s’appuyant sur le service civique.

Ces ambassadeurs, motivés, répartis sur l’ensemble de la Province, de Poya à l’île des Pins, auront pour mission de rencontrer individuellement ou collectivement les jeunes pour favoriser l’expression de leur parole. Ils les accompagneront pour répondre à l’enquête sur le terrain, à l’aide de tablettes 4G. Ils ont tous été formés, notamment à des techniques de communication afin de favoriser les échanges.

Chacun est animé d’une devise personnelle qui détermine sa conviction.
Pour les contacter: prendslaparole@province-sud.nc

Nouméa

Pierre HMAEN

« Prenez la parole ! »

Agiter ses gants de boxe au sein du club de Rivière Salée est un moyen d’expression solide, costaud et efficace. À 20 ans, Pierre encourage les jeunes à prendre la parole. Titulaire d’un Bac Pro Ouvrage en Bâtiment Métallerie, c’est en Métropole qu’il aimerait poursuivre ses études dans la construction métallique. Partir, se forger des connaissances, pour mieux revenir : une philosophie de vie.

Marie-Laure KUGOGNE

« Faisons d’une défaite une leçon de vie, pas un échec ! »

Garder ses objectifs en tête pour avancer. À 26 ans, Marie-Laure du Mont-Dore sait qu’elle veut intégrer les rangs de la police nationale. C’est « son » objectif. Pour cela, elle poursuit sa troisième année de licence de droit et donne de son temps pour récolter la parole des jeunes et faire germer en eux les graines d’une réflexion positive à toute épreuve.

Nicolas GUILLON

« Courage »

Connaître ses droits pour mieux se défendre et défendre les autres. À 22 ans, Nicolas est titulaire d’un Master 1 en Droit de l’Université de la Nouvelle-Calédonie. Nouméen, passionné de football, nul doute que son œil aiguisé lui permettra d’accomplir au mieux sa mission d’ambassadeur. Son but ? Améliorer le quotidien des jeunes, en appréhendant, au mieux, leurs besoins.

Isaline GORODJA

« Ne baissez pas les bras dès la première embûche, persévérez ! »

Le partage, l’échange et la transmission des savoir-faire. Ce sont les valeurs qu’Isaline, 23 ans, espère partager en tant qu’ambassadrice. Passionnée d’art, de musique traditionnelle, de vannerie et de tressage, cette diplômée d’une licence en langues et cultures océaniennes nourrit son panier culturel de contes, d’histoires et de légendes. Au cœur de la cité Pierre Lenquette, elle espère écrire l’histoire magnifique d’une jeune femme devenue anthropologue.

La Foa, Moindou, Farino, Sarraméa

Benoît CRONSTEADT

« Montrez-nous que l’on peut vous confier l’avenir du pays. »

Quoi de mieux qu’un menuisier de formation pour bâtir solidement des plans d’avenir ? Sa mission d’ambassadeur ? À 21 ans, Benoît, originaire de La Foa, la prend évidemment très au sérieux. Ce passionné de chasse, de billard et de musique, veut aider son prochain en rencontrant le maximum de jeunes. Puis, c’est vers l’armée qu’il compte poursuivre son engagement citoyen. Un avenir taillé sur mesure.

Eleanor BARTHELEMY

« Se responsabiliser pour assurer l’avenir du pays. »

Aider les jeunes à s’en sortir, les faire bouger, voilà la mission que s’est imposée Eleanor à seulement 19 ans. Oui, la vie est belle à La Foa, les coups de pêche, la musique, la famille. Mais c’est vers les langues étrangères que cette titulaire d’un bac pro en service de proximité et de vie locale, et d’un CAP d’agent de prévention et de médiation, souhaite par la suite s’engager. Pour elle, pas de doute, l’avenir du pays, ce sont les jeunes !

Bourail – Poya Sud

Aude DEA

« Chaque jour est un nouveau départ, tout est possible ! »

Dépasser ses limites, trouver sa place au sein de la société, voilà ce qu’Aude souhaite aux jeunes qu’elle va rencontrer à Bourail en tant qu’ambassadrice. À 20 ans, c’est vers le tourisme que cette passionnée de culture s’est tournée depuis l’obtention de son BTS. Et c’est vers la Nouvelle-Zélande qu’elle espère poursuivre sa route professionnelle déjà toute tracée. Un modèle de perspicacité.

Dumbéa

Mathieu QENEGEI

« Quand tu veux, tu peux ! »

Parce que la sécurité de chacun est désormais sa priorité, Mathieu, titulaire d’un baccalauréat Sciences Économiques et Sociales, veut en faire son métier. Policier, gendarme, gardien, à 20 ans, il n’a pas encore choisi. Ce dont il est sûr, c’est qu’en tant qu’ambassadeur, il souhaite apporter des réponses concrètes aux attentes des jeunes de Dumbéa. Voilà son engagement pour la paix.

Océanne WILLMANN

« L’avenir c’est nous, on ne lâche rien, et on fonce. »

Conseillère pénitentiaire de probation et d’insertion. A 21 ans, Océanne sait ce qu’elle veut, et compte bien se donner les moyens d’y parvenir. En attendant, cette ambassadrice de 21 ans originaire de Dumbéa qui vient de terminer un BTS Économie Sociale Familiale, se donne pour objectif de contacter le plus grand nombre de jeunes. Ce qu’elle attend d’eux ? Donner leurs points de vue, proposer des actions, du concret, du concret et encore du concret.

Thio – Boulouparis

Donacienne NAAOUTCHOUE

« Ensemble, on peut y arriver ! »

Le volley, la famille, les voyages, c’est bien. Donacienne le sait. Pourtant, cette jeune battante âgée de 25 ans n’a pas hésité à quitter son cocon de Poindimié, pour grandir à travers ses études. Népoui, Dumbéa, Nouméa, le Mont-Dore, un baccalauréat en Sciences Economiques et Sociales, puis… Tarbes. Avec en poche un DUT en Gestion des Entreprises et des Administrations, elle revient au pays pour organiser aujourd’hui un maximum de rencontres-débats. Son But ? Capter le ressenti des jeunes, afin de mieux les représenter.

Rahera PIHATARIOE

« Force et courage, ne baissez pas les bras ! »

Une future aide-soignante au chevet de sa commune. Née d’un père tahitien et d’une mère kanak originaire de Lifou, Rahera vit à Thio. Du haut de ses 20 ans, cette passionnée de danse tahitienne compte bien, dans le cadre de sa mission d’ambassadrice, améliorer l’image de sa commune. Thio, là où elle a été scolarisée jusqu’au CM2 avant d’intégrer le collège privé d’Havila à Lifou, puis le Lycée Jean XXIII à Païta pour passer un CAP petite enfance. Comme une évidence.

Mont-Dore – Yaté

Lucie DECOIRE

« Aller de l’avant pour trouver un emploi. »

Les jeunes de Saint-Louis ont évidemment une place à prendre et un rôle à jouer dans la société calédonienne. Lucie l’a bien compris. C’est pour cela qu’à 26 ans, elle prend encore le temps d’aller à la rencontre de ceux qui, comme elle, cherchent un emploi, une route, un chemin. Titulaire d’un BAC Pro en Comptabilité, Lucie passe le plus clair de son temps en famille, sans compter.

Païta

Antoine TUFELE

« Ne rien lâcher et se préserver des coups durs ! »

Passionné de rugby, de pêche et de chasse, Antoine veut aider son prochain. Contraint d’arrêter sa licence de lettres à l’Université pour faire des petits boulots, ce jeune homme originaire de Païta n’a pas dit son dernier mot. Si à 23 ans il n’a pas encore trouvé sa voie, il est certain qu’il prend sa mission d’ambassadeur très au sérieux. Son objectif ? Soutenir le secteur de la jeunesse, tant dans sa commune que dans le pays tout entier.

Alexia TUUFUI

« Ressaisissez-vous car nous sommes l’avenir de demain ! »

Trouver, avec les jeunes de Païta, des solutions pour régler les problèmes au cœur de sa commune. Voilà comment Alexia, 20 ans, entrevoit sa mission d’ambassadrice. Écouter, connaître, comprendre, en somme. Dans la vie, cette passionnée de volley ne poursuit pour l’instant qu’un objectif motivant : trouver un bon travail pour subvenir aux besoins de son fils. Un exemple à suivre.

Île des pins

Iorick VENDEGOU

« Il faut que les jeunes se bougent ! »

À l’île des Pins, comme ailleurs, la parole est sacrée. La récolter pour la porter et la faire entendre, voilà le défi que s’est lancé Iorick du haut de ses 22 ans. Et pourquoi ne pas poursuivre dans cette voie en faisant une licence de droit ? C’est, en tout cas, le souhait d’un jeune kunié motivé qui se focalise sur un seul but : faire prendre conscience à ses compatriotes que rien ne tombera du ciel sans se motiver.